Non classé

Sortir du cadre

Pour une composition zen et harmonieuse, une astuce très simple consiste à sortir du cadre.

Quand on commence un dessin on n’a pas forcément une idée d’ensemble précise de ce qu’il sera au final : on commence par un motif et la suite vient naturellement au fur et à mesure : c’est la démarche zen à suivre !

Cependant, dans le cas de la réalisation d’un cadre, qui est de fait une forme rigide et fermée, il convient d’anticiper dès le début du dessin et de créer « une échappée vers la liberté » vers l’intérieur du cadre, comme je l’ai fait, ou vers l’extérieur. Il est important de laisser une petite ouverture par laquelle un élément de motif va s’infiltrer, se faufiler, un peu ou beaucoup, et ainsi guider le regard et lui permettre de circuler dans l’oeuvre.

Dans mon exemple, « l’intrusion » du motif à l’intérieur du cadre est relativement discrète mais suffisante pour attirer l’oeil dans la zone de texte que je veux mettre en évidence.

Sortir-du-cadre

Dites-moi dans les commentaires si cette astuce vous a été utile pour réaliser une belle création.

Comment dessiner une bordure zen

Pour vous proposer le recueil de plus de 60 motifs zen, il fallait que celui-ci ait une jolie couverture. Ainsi, pour mettre le texte en évidence et l’encadrer j’ai réalisée une simple bordure. En voici les différentes étapes en photos :

  • Comme pour tous les dessins zen, tirer des traits à la règle est exclu, toutes les lignes y compris pour faire un cadre se font à main levée. Cependant, pour une bonne présentation il est utile de mesurer pour repérer avec précision les angles du cadre. Comme pour les carrés de 9 cm de côté, tracer d’abord le contour du cadre au crayon avant de repasser les traits au feutre fin noir et de commencer les motifs de remplissage.
  • J’avais comme idée première d’orner les coins de façon semblable … mais partie sur ma lancée, le premier motif s’est étendu et ce n’était plus possible ! Donc ce sera des angles différents pour cette bordure. C’est aussi ça le dessin zen, démarrer puis se laisser aller, en toute liberté, sans savoir à l’avance où l’aventure créatrice va nous mener.

Cadre-1

  • Ne souhaitant pas multiplier les motifs, j’ai cherché (pas très longtemps il faut le dire !) un motif plus géométrique pour bien se différencier des courbes et volutes du premier motif. J’ai choisi celui que je venais juste de faire (à voir dans cet article : Mucem).
  • La bordure est donc composée de deux motifs principaux. L’intérieur du cadre est souligné par une fine bordure composée de petits ronds.

Cadre-2

  • Pour apporter la touche finale :
    • j’ai délimité l’intérieur des formes du premier motif avant de les colorier en noir,

Cadre-3

    • J’ai aussi colorié en noir tous les interstices entre les petits ronds de la bordure intérieure,
    • et j’ai colorié au feutre gris clair les intervalles du deuxième motif et aux crayons de couleur bleu – vert certains vides, exactement pareil que dans l’article déjà cité (voir ici)

Cadre-4

Cadre-5

De la même façon, vous pouvez aussi par exemple personnaliser vos passe-partout en les ornant de jolies bordures zen pour encadrer vos plus belles photos.

N’hésitez pas à partager vos bonnes idées dans les commentaires pour utiliser et intégrer vos bordures zen dans des créations originales !

Paris tristesse

Paris tristesse

Quand Paris est triste, le monde entier est triste et « les amis du zentangle » sont tristes.

J’ai réalisé et publié ce dessin dans un groupe Friends of Zentangle, une communauté anglophone de dessinateurs zen. Et le grand nombre de partages, de « likes » et les commentaires touchants (voir ici) sont autant de témoignages de soutien destinés aux familles et aux proches des victimes de ce triste vendredi à Paris.

 

Mucem

Une promenade à la fois habituelle et différente … Aujourd’hui j’ai porté un regard zen sur ce qui m’entourait. Et au retour, j’ai réalisé ce carré. Un peu de bleu bien sûr est indispensable pour évoquer le ciel et la mer de Marseille et aussi la transparence du bâtiment.

Un dessin zen inspiré du Mucem* dont voici quelques photos prises d’un point de vue haut et bas, extérieur et intérieur.

… où l’on aperçoit, en haut de la colline de l’autre côté du port, la silhouette de Notre dame de la Garde.

Mucem* : Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée

 

Comment lier des motifs entre eux

Dessiner zen donne l’impression que les différents motifs d’une oeuvre sont imbriqués, enchevêtrés les uns dans les autres. Pour parfaire cette illusion, il existe plusieurs astuces. Dans le carré ci-dessus sont réunies deux manières de lier les motifs entre eux :

  1. Par le prolongement d’un détail qui sort de sa zone délimitée par le fil conducteur, comme ici les « queues » de ce qui ressemble à des fruits ronds.
  2. Par le tracé d’une aura. On appelle « aura » le contour très régulier qui cerne certains motifs et donne une cohésion à l’ensemble. L’aura a la particularité à la fois de distinguer les différents motifs tout en les rapprochant et les unissant. Cette technique permet notamment de préserver la netteté et la clarté d’un dessin quand on choisit de faire un motif « hachuré ».

N’hésitez pas à me faire part de vos questions ou simplement de vos impressions dans les commentaires.

Et le plus important : amusez-vous, détendez-vous, dessinez zen … et surtout, appréciez ce que vous avez créé !

 

Comment donner du relief à son dessin

Si je vous ai présenté mon carré zen précédent comme étant terminé … en fait, il n’en est rien. La partie dessin est bien achevée mais, comme vous pouvez le constater, visuellement l’ensemble manque de relief.

C’est la lumière qui, venant d’un certain angle, fait ressortir le volume des objets. Ainsi ombre et lumière transforment un cercle en boule, un triangle en cône, etc.

Rassurez-vous, nous sommes ici dans un espace 100% zen et nous ne nous préoccuperons pas d’exactitude de représentation de la lumière. Nous sommes avant tout des créateurs et seules la beauté et l’esthétique nous intéressent. De plus, nos dessins zen sont des oeuvres purement abstraites qui n’ont donc ni haut ni bas et ni gauche ni droite définis.

Carré-004-2

Pour ombrer votre dessin, il vous faut :

  • Un crayon à papier à mine grasse (2B par exemple)
  • Une estompe que l’on trouve à petit prix dans les magasins de beaux-arts

On peut remplacer l’estompe par le bout de son doigt ou encore se fabriquer un tortillon en roulant très serré et en pointe un papier buvard, ou papier journal ou papier absorbant.

Comment ombrer un dessin ?

  • On donne de la profondeur à un motif triangulaire en ombrant les angles, là où les traits se resserrent et en passant l’estompe du coin du motif vers son milieu.
  • Un cercle ou rond se transforme en boule avec un simple coup de crayon estompé en forme de croissant de lune. Le croissant de lune représente en règle générale l’éclat de lumière sur le motif sphérique. Vous remarquerez que j’ai pris la grande liberté de faire du positif-négatif pour que les petites boules du motif restent très claires. Ce qui est très important en revanche est de respecter la position du croissant de lune dans chaque boule d’un même motif.
  • Un motif de rayure ou de bande large se transforme aisément en cylindre (en forme de tuyau ou de serpent par exemple) en ombrant les grands côtés du motif.

Comme c’est le cas pour ce dessin, l’ombrage peut servir à lier des motifs juxtaposés. J’ai choisi d’apporter de la rondeur à l’ensemble en « cassant » le motif à damier trop important à mon goût. C’est l’ombre qui relie les deux motifs à losanges qui permet cet effet. Un autre choix d’ombrage aurait donné un tout autre carré !

Amusez-vous, prenez du plaisir à dessiner, à ombrer vos dessins zen … et à les admirer, c’est essentiel !

 

Chapeau

Il peut être amusant de faire des séries de carrés. On peut facilement obtenir des oeuvres très différentes de plusieurs façons :

  • soit sur un sujet spécifique, comme ici le thème d’Halloween avec le chapeau de sorcière qui aurait pu se poursuivre par des silhouettes de citrouilles, chauve-souris, toile d’araignée, etc,
  • soit à partir d’un même fil conducteur en choisissant des motifs de remplissage différents,
  • soit dessiner les mêmes motifs et leurs variantes en traçant à chaque fois un nouveau fil conducteur,
  • soit en faisant un mix de tout ça, qui est l’option que j’ai choisie.

En regardant les deux fils conducteurs, on voit que la modification est mineure. Par rapport au dessin de base, un seul trait a été supprimé et deux autres existants ont été prolongés. C’est tout ! et c’est suffisant pour obtenir un carré original qui n’a plus grand chose à voir avec le chapeau de sorcière qui a servi de point de départ.

Cependant, pour montrer qu’il s’agit bien d’une série, j’ai conservé un petit détail, même forme, même couleur (argent) et même emplacement : la boucle du chapeau.

Pour ceux qui sont attirés par les séries, n’oubliez pas, au dos de chaque carré, de noter le titre et le numéro de l’oeuvre, comme par exemple : “Chapeau de sorcière – N° 2”.

En règle générale, chaque carré zen doit comporter au moins deux mentions :

  • vos initiales ou un signe qui vous représente seront  intégrés dans votre dessin. Ce sera votre signature.
  • et la date de création au verso.

 

Et pour avancer, voici l’explication pas à pas d’un motif :

Prenez plaisir à dessiner.

 

Halloween

Chapeau de sorcière

Se donner un thème est un bon moyen pour explorer des facettes du dessin zen qu’on délaisserait autrement. Ainsi, Halloween oblige, j’ai réalisé un carré aussi sombre que possible … moi qui ai une préférence marquée pour les motifs clairs, légers, et les espaces blancs. Vous vous apercevrez bien vite aussi que parmi les centaines de motifs possibles, quelques uns vous plairont particulièrement et feront partie de la majorité de vos oeuvres. C’est pourquoi un thème choisi éveille la créativité et permet la recherche de motifs inédits et différents, comme le motif du bas qui évoque les citrouilles incontournables d’Halloween.

J’ai choisi de faire ressortir le chapeau en le coloriant tout en noir ce qui laisse visible le fil conducteur de départ. Je vous montre quand même (fig 1, 2 et 3) comment tracer les lignes qui guident le dessin. Rappelez-vous : nul besoin de précision dans cette étape, les traits doivent être fluides et naturels.

Chapeau de sorcière - fig 1 et 2

Chapeau de sorcière - fig 3

Ce chapeau de sorcière est l’occasion d’apprendre le motif de base et la technique essentielle du dessin zen. J’aurais l’occasion d’y revenir fréquemment. Voici ci-dessous les explications, pas à pas, pour le réaliser. Chaque trait se trace lentement, précisément, sans déborder. Le petit format du carré permet de le tourner facilement de façon que chaque trait soit tracé bien face à vous, du haut vers le bas ou du plus loin vers le plus près.

Motif branchagesMotif citrouillesAmusez-vous et dessinez zen !

 

Réalisez votre premier dessin zen

Même si je m’aventure parfois à dessiner sur des feuilles de grand format, le plus souvent j’utilise des carrés de 9 cm de côté. Comme le dessin zen est pour moi une activité quotidienne ou presque, je me constitue une réserve en prenant de grandes feuilles de papier à dessin que je divise en une multitude de petits carrés prêts à être dessinés.

Pour réaliser votre premier dessin zen (et les suivants !) la marche à suivre est simple et sera toujours la même :

  1. Disposez votre carré de papier de 9 cm de côté devant vous,
  2. Avec un crayon de papier, faites un point à environ 1 cm des angles du carré,
  3. Sans appuyer reliez ces 4 points d’un trait continu sans vous préoccuper de parallélisme ou de perpendicularité des traits. Au contraire, cette première ligne donnera la forme de votre dessin et elle doit être aussi naturelle que possible. (voir figure 1 de l’exemple ci-dessous)
  4. Ensuite, toujours au crayon de papier et sans trop appuyer, tracez une ou plusieurs lignes qui vont d’un bord à l’autre. Ces lignes tracées de manière spontanée vont ainsi diviser le carré en plusieurs compartiments, comme le montre la figure 2. C’est aussi ce que j’appelle le fil conducteur.
  5. Et alors, le fil conducteur tracé, le dessin zen peut commencer ! Prenez votre feutre noir à pointe fine et remplissez chaque compartiment les uns après les autres de différents motifs (voir figure 3 ci-dessous).

Ces motifs, s’ils sont très simples, n’en sont pas moins réalisés lentement et avec application : les ronds sont bien fermés, les traits ne débordent pas et ne se coupent pas. Pour ce premier dessin zen j’ai choisi des motifs basiques : cercles/demi-cercles (1), carrés/grille (2) , triangles/chevrons (3).

Carré 001J’ai ensuite complété les espaces restants  avec un même motif qui m’évoque “des petits pois dans leurs cosses”. Pour ce motif, j’ai tracé tout d’abord la forme extérieure, doublée ensuite d’un trait parallèle à l’intérieur. J’ai placé ensuite dans la partie la plus large le plus gros rond, puis en partant de là, j’ai tracé des ronds de plus en plus petits jusqu’aux extrémités … en veillant bien à ce qu’ils se touchent sans se chevaucher.

Vous remarquerez que le fil conducteur, tracé au départ au crayon de papier, qui nous a si bien servi de guide n’est plus visible une fois le carré dessiné entièrement.

Carré 002-1Carré 002-2Vous remarquerez aussi qu’avec un nombre très restreint de motifs, les possibilités sont nombreuses et que déjà vous pouvez réaliser un grand nombre de carrés zen et variés.

Amusez-vous et soyez zen !

Bonjour à tous les dessinateurs zen !

Bienvenue à tous dans ce blog très zen. Je suis très enthousiaste à l’idée de partager avec vous une passion qui m’anime depuis de nombreuses années.
Dessiner zen est vraiment à la portée de tous, y compris ceux qui prétendent qu’ils ne savent absolument pas tenir un crayon. C’est très facile car le dessin est entièrement constitué de motifs très simples, répétitifs qui s’assemblent et s’enchevêtrent pour aboutir à une petite oeuvre abstraite. Et qui dit abstrait dit aussi pas de contraintes ; c’est l’imagination qui guide et le hasard des traits parfois.
Autre intérêt, dessiner zen ne nécessite aucun matériel coûteux. Du papier à dessin et un feutre noir à pointe fine suffisent pour commencer.
Certains préfèreront dessiner dans un carnet uniquement, certains voudront rapidement créer leurs oeuvres d’art sur du papier de qualité pour être encadrées et mises en valeur, d’autres souhaiteront juste trouver dans le dessin zen une manière très efficace de se relaxer … Tout ça est très bien !
J’ai bien sûr plein d’idées déjà pour vous apporter ce que vous êtes venus chercher ici mais je souhaite avant tout que ce blog soit un espace d’échanges et de partages. A cet effet, j’accueillerai bientôt, pour mon plaisir et le vôtre, des invités spécialistes en dessin, en art-thérapie, en composition, etc, pour qu’ils s’expriment librement dans ces pages et nous apportent tout leur savoir. Mais, bien davantage, je souhaite votre participation par vos questions et vos commentaires pour que ce blog prenne son essor et devienne le blog en matière de « dessin zen ».